Mathieu Laine : “Thatcher, quelle magnifique leçon !”

Le Point, 6 October 2016

Le Point : Pourquoi cet intérêt pour Margaret Thatcher ?

Mathieu Laine : Publier – pour la première fois en français – les grands discours de Thatcher à l’aube des primaires, c’est enthousiasmant ! Je suis admiratif de cette femme, l’une des plus grandes réformatrices de notre temps. Si tout n’était pas parfait, Thatcher a objectivement sauvé son pays. Nous avons beaucoup à apprendre d’elle.

Devons-nous calquer la politique de Thatcher ?

Non ! Ce serait aussi ridicule que d’inviter Theresa May à singer de Gaulle. Mais ne nous privons pas d’identifier ce qui a fait son succès. Elle a ressuscité la crédibilité en politique en instaurant un rapport parfait entre ses convictions et leur mise en œuvre. Une fois les élections gagnées sur une promesse très claire, aucun sondage, aucune manœuvre politicienne, aucune grève ni aucun attentat ne l’ont fait reculer. Ses résultats étaient tels qu’elle a gagné les élections trois fois de suite… Quelle magnifique leçon !

C’est donc la méthode qui vous intéresse…

Le contenu aussi. En baissant les impôts, en assouplissant le droit du travail, en pariant sur le privé et en réduisant le pouvoir de nuisance des syndicats, elle a instauré un écosystème très incitatif pour les entreprises et les entrepreneurs, qui seuls créent les emplois. Tout en baissant la dépense publique, elle a augmenté de 25 % le budget de la défense et de la sécurité. Thatcher a donc mis la libéralisation au service de l’État régalien dans un pays meurtri, lui aussi, par des vagues d’attentats.

Y a-t-il des « thatchériens » parmi nos politiques ?

Le seul à l’invoquer est François Fillon, dont je salue la lucidité et l’audace économique. Celui qui me semble incarner le mieux ce rapport assaini entre convictions profondes, envie de changement et primat de la liberté est Emmanuel Macron. Bien sûr, les différences avec Thatcher ne manquent pas – sur l’Europe ou la notion de société. Il a aussi à cœur de mieux accompagner les perdants provisoires de la mondialisation. Mais son désir de réactiver la mobilité au mérite, de déverrouiller les blocages et de restaurer une juste concurrence, ainsi que son approche décomplexée de l’individualisme, du succès et du nouveau monde font de lui un authentique réformateur « à la française ».

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s